Au sujet des poux

Une infestation de poux est désagréable mais, en général, anodine !
  • Les poux appartiennent à la catégorie des insectes et vivent uniquement dans les cheveux des humains. Ils aiment particulièrement se nicher derrière les oreilles, dans la nuque ou au niveau des tempes.

     
  • Ils mesurent entre 2 et 3,5 millimètres, ont six pattes et se nourrissent exclusivement de sang humain. Comme les moustiques, ils piquent le cuir chevelu et aspirent le sang avec leur trompe. Les piqûres peuvent provoquer de fortes démangeaisons. Si l’on se gratte trop les cheveux, on peut même avoir des inflammations désagréables.

     
  • Les poux ne peuvent ni sauter ni voler. Pour changer de tête, ils attendent que les cheveux se touchent. Avec leurs griffes, ils s’accrochent à un cheveu et se balancent ensuite de cheveu en cheveu. Ils apprécient tout particulièrement les personnes sociables qui aiment le contact. Un contact relativement bref suffit pour que les poux flairent la bonne affaire. Il ne faut qu’une minute au pou adulte pour parcourir 23 cm.

     
  • Les œufs du pou s’appellent dans le langage familier : des lentes. Leur couleur varie du blanc au brun. Elles ont une forme régulière et la taille d’un grain de sable. Comme les perles d’un collier, elles collent littéralement à la racine des cheveux et sont extrêmement difficiles à déloger. Les pellicules se distinguent des lentes par leur couleur blanche et leur forme irrégulière. On peut facilement faire tomber les pellicules en frottant les cheveux avec la main.

     
  • Lorsque les lentes ont éclos, des larves apparaissent. Celles-ci ne peuvent pas encore se multiplier. Pour qu’ils soient en âge de se reproduire, il leur faut encore 9 à 12 jours de plus. Les poux qui peuvent se reproduire ont une couleur brune. Ils ont environ la taille d’un grain de sésame. Le pou femelle a une durée de vie d’environ 30 jours et peut pondre dans cet intervalle de temps environ 150 à 300 œufs.

Au sujet des poux - Le poux

Vrai ou Faux

Les poux sont le signe d’un manque d’hygiène !

Faux !
Une infestation de poux n’a rien à voir avec l’hygiène. Même en se lavant les cheveux tous les jours, on n’est pas à l’abri des poux ! Une infestation de poux se produit avant tout dans les endroits où de nombreuses personnes se réunissent et où les poux peuvent migrer directement d’une personne à une autre quand leurs cheveux se touchent. C’est à cause de ce cliché bien ancré que de nombreux parents dissimulent encore aujourd’hui la présence de poux chez leurs enfants, donnant ainsi aux insectes le temps de se propager. 

Les poux transmettent des maladies !

Faux !
Les poux ne transmettent aucune maladie dans nos régions. Ils sont certes incommodants, mais sans danger. Les excréments et la bave de pou peuvent cependant provoquer des réactions allergiques ou bien les blessures consécutives au grattement de la peau peuvent conduire à des infections qui se traduisent souvent par des irruptions humides.

Les chats et les chiens transmettent les poux !

Faux !  
Les poux vivent uniquement sur les cheveux humains et ne sont pas transmis à l’homme par les animaux domestiques. Les poux ont besoin de sang humain pour survivre. Il existe bien les poux du chien et les poux du chat (et encore bien d’autres types de poux), mais nous autres, êtres humains, ne présentons aucun intérêt pour eux ! En cas d’infestation de poux dans la famille, il n’y a donc aucune raison de traiter les animaux domestiques.

Les poux de tête se développent entre autres sur les chapeaux, les brosses à cheveux, la literie, etc.

Oui, mais rarement ! 
Il n’y a que sur la tête que le pou trouve des conditions thermiques idéales et de la nourriture. En dehors de ce milieu idéal, il ne peut survivre que quelques heures (au maximum 2 jours).

FAQ

D’où viennent les poux ?

Les poux existent depuis des milliers d’années. Comme toute créature vivante, ils apprennent à s’adapter à leur environnement, ce qui leur permet de survivre. Bien qu’il soit probable qu’ils ne soient pas complètement éradiqués du globe, nous pouvons certainement faciliter la façon de les traiter. 
Kopfbereich FAQ
Comment les poux se reproduisent-ils ?
Les femelles peuvent pondre 5 à 10 œufs par jour, ce qui représente jusqu’à 300 œufs au cours d’une vie qui dure jusqu’à 30 jours.
Les œufs, également appelés lentes, sont déposés près du cuir chevelu et sont collés aux cheveux. Les lentes sont blanches à brunâtres et ont la taille d’un grain de sable.

Au bout de 7-8 jours, les larves sortent des œufs. Elles sont au stade immature des poux et ne sont pas encore capables de se reproduire ou de se déplacer sur une autre tête.

9 à 12 jours plus tard, les larves deviennent des poux adultes. Ceux-ci sont brunâtres et, ont la taille d’une graine de sésame. Ils sont environ trois fois plus gros qu’une lente.



Comment les poux se déplacent-ils ?
Les poux ne peuvent ni voler ni sauter, mais ils se déplacent très rapidement. Il faut un contact direct entre têtes/cheveux pour se les transmettre d’une personne à l’autre. Les poux apparaissent, la plupart du temps, dans les endroits où les gens sont proches physiquement les uns des autres. Habituellement, on les trouve plus souvent chez les écoliers que chez les adolescents ou les adultes. La raison est plus liée à la façon de jouer et au comportement en collectivité.



Les poux peuvent-ils transmettre de maladies ?
Il est généralement  d’avis que les poux ne transmettent pas de maladie dans nos pays. Néanmoins, cette possibilité hypothétique d’une transmission est contre versée et discutée.



Les poux vivent-ils dans les tapis, vêtements, chapeaux ou draps ?
Non. Les poux ont besoin de sang pour survivre. Selon le climat, ils meurent de faim et de déshydratation en moins de deux jours s’ils ne trouvent pas de sang. Les œufs sont déposés près du cuir chevelu car ils ont besoin de chaleur et d’humidité ; ils ont moins de chance de survivre éloignés du cuir chevelu.



Dois-je traiter toute la famille ?
Non. Il est cependant important de rechercher les poux chez chaque personne vivant sous le même toit. Un traitement est uniquement nécessaire pour ceux qui ont effectivement des poux. Traitez toutes les personnes infestées de poux le même jour pour éviter la ré-infestation.



Que dois-je laver ou traiter à la maison ?
Loin des cheveux, les poux ne survivent que pendant une courte période. Il est par conséquent suffisant de laver la taie d’oreiller. Le peigne anti-poux utilisé doit être également correctement lavé avec de l’eau.



Est-il vrai que les poux sont un signe d’un manque d’hygiène ?
Non. L’infestation de poux n’a rien à voir avec un manque d’hygiène. Laver les cheveux de façon répétée ne prévient pas de l’apparition de poux ; le seul résultat est que les poux seront d’autant plus propres. Les poux ne sont pas, non plus, sélectifs en termes de longueur ni de couleur de cheveux. Ils ont uniquement besoin de chaleur et de sang.

La rumeur selon laquelle les poux sont un signe d’un manque d’hygiène conduit encore des parents à taire une infestation de poux car ils éprouvent de la honte. Ils n’en informent pas leur entourage et donnent ainsi le temps aux poux de se propager. C’est l’une des raisons pour lesquelles les écoles doivent lutter contre une infestation de poux pendant des mois. Si les enfants à l’école ne sont pas traités en même temps, il est probable qu’il y ait une réinfestation.



Y a-t-il un moyen de prévention contre les poux ?
De nombreux produits existent sur le marché qui revendiquent la prévention de poux. Néanmoins, dans la plupart des cas, la recherche scientifique et les études cliniques, qui prouvent leur efficacité, tendent à manquer.
De plus, il n’est pas nécessaire d’anticiper un traitement de prévention pour les enfants qui pourrait leur causer des effets secondaires alors qu’il existe un traitement rapide et efficace.

Par conséquent, il est important de vérifier les cheveux de votre enfant régulièrement, par exemple en utilisant un après-shampooing et un peigne. Attacher les cheveux peut être utile car, ainsi, le contact direct avec les cheveux d’une autre personne est moins probable.



Pourquoi mon enfant est-il sans cesse réinfesté ?
Si les œufs ne sont pas tués ou éliminés au cours du traitement initial, ils peuvent éclore et le cycle de vie recommence. Il est important de vérifier à nouveau les résultats du traitement au bout de 8-10 jours. Une autre cause de réinfestation peut être le contact avec une tierce personne qui n’aurait pas été traitée. C’est pourquoi, il est important non seulement de prévenir l’école mais aussi votre entourage.
Si des lentes vivantes sont trouvées, il faut recommencer le traitement et continuer à vérifier toutes les semaines.



Les peignes métalliques sont-ils les seuls peignes efficaces contre les poux ?
Non. La caractéristique cruciale pour l’efficacité d’un peigne anti-poux n’est pas le matériau, mais sa forme et les écarts entre les dents. Cependant, si vous voulez éliminer les poux et les lentes, un peigne métallique est plus approprié car les dents d’un peigne en plastique pourraient casser ou seraient trop courts pour des cheveux épais et bouclés.



Pourquoi dois-je utiliser NYDA® sur cheveux secs ?
L’eau a une tension superficielle supérieure à celle de NYDA®. D’où l’impossibilité de pénétrer dans le système respiratoire des poux. Si les poux étaient recouverts par l’eau, cela  empêcherait NYDA® de pénétrer dans le système respiratoire et le traitement échouerait.



Les jeunes enfants peuvent-ils être traités avec NYDA® ?
Oui. Les enfants peuvent être traités dès l’âge de 2 ans, tout comme les enfants plus âgés et les adultes. Des analyses sur le traitement de jeunes enfants indiquent de bons résultats en termes d’efficacité et de tolérance.



Puis-je utiliser NYDA® si j’ai une maladie de la peau telle qu’une dermite atopique ou du psoriasis ?
Généralement, la tolérance de NYDA® ne devrait pas être inférieure en cas de maladies de la peau. Toutefois, la présence de lésions graves de la peau peut entraîner une brûlure passagère. Les Diméticones ne sont pas absorbées par la peau. Ce composant est largement reconnu et utilisé dans les produits cosmétiques et pharmaceutiques. Les huiles de silicone sont utilisées dans divers produits cosmétiques tels que les pommades pour la peau. Quant à la cire de jojoba, elle est utilisée également pour les après-rasages et d’autres produits cosmétiques.



Puis-je utiliser NYDA® si j’ai des égratignures ?
La présence d’égratignures peut être à l’origine d’une brûlure passagère, mais il ne devrait pas y avoir de danger lié à l’application de NYDA®.
Les Diméticones ne sont pas absorbées par la peau. Ce composant est largement reconnu et utilisé dans les produits cosmétiques et pharmaceutiques. Les huiles de silicone sont utilisées dans divers produits cosmétiques tels que les pommades pour la peau. Quant à la cire de jojoba, elle est utilisée également pour les après-rasages et d’autres produits cosmétiques.



Y a-t-il des choses dont je dois tenir compte si mes cheveux sont teints ?
Pour ne prendre aucun risque, vous devriez attendre 2 jours après le traitement avant de teindre vos cheveux. Les principaux composants de NYDA® auront été éliminés au lavage.
Si vos cheveux sont déjà teints, il n’est pas possible d’exclure totalement le risque d’un léger changement de couleur ou d’une tenue moins longue de la couleur. Depuis le lancement de NYDA® en 2006, nous n’avons jamais entendu parler de problèmes liés à des cheveux teints.



Comment les insecticides classiques fonctionnent-ils ?
Les insecticides classiques contiennent des substances avec un mode d’action neurotoxique. Ils ciblent le système nerveux des poux. Le point faible des traitements neurotoxiques est leur tolérance. Une utilisation inappropriée en termes de dosage et de temps d’application peut avoir un impact sur la toxicité et l’absorption. Les enfants sont sensibles à ces effets toxiques en raison du fait que leur système immunitaire ainsi que leur métabolisme et leur barrière cutanée ne sont pas entièrement développés.
Un autre point faible est leur efficacité. Il faut 4 jours au système nerveux des lentes pour se développer, ce qui signifie que les produits neurotoxiques, dans la plupart des cas, n’ont presque pas d’effet sur les œufs au cours de cette période. De plus, des résistances des poux  aux pédiculicides neurotoxiques ont été signalées dans plusieurs pays.



Pourquoi faut-il vérifier ou traiter de nouveau 8 à 10 jours plus tard ?
Cette procédure est liée au cycle de vie des poux. Les œufs étant plus persistants, il est possible que certains d’entre eux ne soient pas éradiqués lors du premier traitement. Les larves sortent des œufs au bout de 7 à 8 jours. Il est par conséquent nécessaire de contrôler les cheveux au bout de 8 à 10 jours.
S’il faut traiter à nouveau 8 à 10 jours plus tard, les jeunes poux (larves) qui sont, depuis, sortis des œufs pourront être éradiqués. Cet éventuel deuxième traitement est supposé rompre le cycle de vie. Il est toutefois recommandé de vérifier les cheveux régulièrement.



Est-il possible de porter un chapeau après le traitement par NYDA® ?
Il n’y a aucun problème à porter un chapeau 1 ou 2 heure(s) après le traitement. Les poux meurent pendant le temps d’application et les voies respiratoires sont irréversiblement collées. L’efficacité de NYDA® n’est pas influencée par la matière du chapeau qui pourrait absorber le liquide.



NYDA® est-il également efficace contre d’autres types de poux et la gale ?
NYDA® agissant physiquement et visant la respiration de l’insecte, nous supposons qu’il pourrait être également efficace contre la gale et les autres poux. Aucune recherche n’a toutefois été réalisée à ce sujet.



Que dois-je faire si j’inhale accidentellement NYDA® ?
Les informations dont nous disposons ne mentionnent aucun risque pour l’utilisateur après une utilisation appropriée ou inappropriée.
L’utilisation de NYDA® en vaporisateur n’entraîne pas la formation d’aérosols, et les particules ne peuvent atteindre que le pharynx, mais pas les poumons. L’innocuité de la diméticone a été démontrée par son utilisation dans des médicaments pour nourrissons et jeunes enfants. En outre, les huiles de silicone sont utilisées comme ingrédients dans des pommades pour la peau ou des dentifrices, ainsi que dans des produits de fixation des cheveux, à une concentration allant de 10 à 80 %.
Il faut néanmoins éviter l’inhalation, comme cela est indiqué dans le mode d’emploi. Si, toutefois, des difficultés à respirer apparaissent suite à une mauvaise utilisation, consultez votre médecin.



NYDA® est-il inflammable ?
La diméticone avec une basse viscosité dans NYDA® est potentiellement inflammable, tout comme les produits cosmétiques tels que la laque ou le parfum. La diméticone ne réagit cependant pas spontanément ni accidentellement; il faudrait que la réaction soit provoquée par une source d’ignition. Les propriétés de dimeticones différents diffèrent ; de même les solutions avec de l'alcool ou de la cyclométicone doivent en pratique être évaluée.
Aucun incident n’a jamais été signalé au sujet de NYDA® concernant l’inflammabilité depuis son introduction sur le marché en 2006. NYDA® est aujourd’hui l’un des principaux produits anti-poux, avec une fiabilité et une sécurité fortement documentées.

Dans le but de prévenir des accidents, nous mentionnons également le caractère inflammable et la façon de manipuler le produit sur l’emballage et dans le mode d’emploi comme suit : « En raison de la présence d’ingrédients inflammables, NYDA® ne doit pas être utilisé près de flammes nues ni de sources de chaleur, y compris les sèche-cheveux. Tenir NYDA® éloigné de toute source d’ignition et ne pas fumer pendant le traitement. »




Que sont les diméticones ?
Les diméticones désignent un groupe de polydiméthylsiloxanes linéaires et sont des liquides habituellement limpides, incolores, inodores et hydrophobes. La formule chimique du polydiméthylsiloxane est (H3C)3SiO[Si(CH3)2O]nSi(CH3)3, où n est le nombre d’unités monomères récurrentes [SiO(CH3)2]. La longueur de la chaîne influence les propriétés physiques de la substance telles que le poids moléculaire, la viscosité et la volatilité. Les polydiméthylsiloxanes présentent une faible tension superficielle et peuvent par conséquent recouvrir la plupart des surfaces. Les diméticones sont chimiquement inertes et inoffensives sur le plan toxicologique. Elles ne sont résorbées ni par la peau ni par les membranes muqueuses.

Dans les domaines pharmaceutique et cosmétique, elles sont utilisées comme ingrédients dans des pommades pour la peau, dans des produits de fixation des cheveux, comme fixateurs de fragrances ou comme ingrédient de dentifrice. Dans les produits pour les cheveux, les diméticones sont présentes à une concentration allant de 10 à 80 %.



À SAVOIR

Qu’est-ce qu’un pou ? Quelle est son origine ? Et comment se transmet-il ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir au sujet de ces petites bêtes qui grattent et plongez-vous dans un monde microscopique...

TRAITER LES POUX AVEC SÉCURITÉ ET EFFICACITÉ

L’infestation de poux  est la parasitose la plus fréquente chez l’enfant et, après les rhumes, c’est la deuxième affection contagieuse la plus fréquente. La tendance est à la hausse – par exemple en Allemagne, les ventes des préparations anti poux ont grimpé de 12 % entre 2000 et 2005.1 À l’étranger, les poux sont également en progression : ainsi par exemple, en Grande-Bretagne, la prévalence de la pédiculose est d’environ 20 %.2
(Feldmeier, H. 2006a)


DÉFIS THÉRAPEUTIQUES POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE

Les poux ne se développent que sur le cuir chevelu humain.
Toutes les trois à six heures, les parasites ont besoin d’un « repas de sang ». En présence de poux, des papules de deux à trois millimètres, très rouges et génératrices de fortes démangeaisons peuvent se développer, étant donné que sur le plan immunologique, le cuir chevelu réagit à des composants de la salive des poux. Les écorchures, dues au grattage, sont les portes d’entrée pour les streptocoques et les staphylocoques et accroissent le risque toxicologique en cas d’utilisation de pédiculicides chimiques.
 Dans la notice des pédiculicides contenant des insecticides, par exemple à la perméthrine, à l’alléthrine, au lindane ou au pyrèthre, des troubles respiratoires, irritations cutanées, maux de tête, malaises ou vomissements sont notamment cités comme effets secondaires potentiels. Les enfants, auxquels on administre principalement des pédiculicides, réagissent de manière très sensible.

CONCLUSION : Le traitement des poux demeure donc un défi pour lequel les professionnels de santé ne disposaient jusqu’à présent que des approches suivantes :

  • Le retrait mécanique avec un peigne anti-poux dure longtemps et est pénible. La procédure est nécessaire deux fois par semaine, et ce, pendant un mois entier.
  • Les traitements chimiques peuvent avoir parfois des effets secondaires considérables. La résistance des poux est possible, les produits perdent alors leur efficacité.
  • Jusqu’à présent les études d’efficacité pour les pédiculicides à base de plantes sont souvent limitées à des études ouvertes réalisées sur un nombre restreint de patients.

 
OPTION THÉRAPEUTIQUE INNOVANTE : LA DIMÉTICONE FAIT ÉTOUFFER LES POUX, TOUT SIMPLEMENT

À titre d’option thérapeutique efficace et sûre pour le traitement anti-poux, NYDA®, qui est désormais disponible en France.
La composition de NYDA® contient deux types de Diméticone : l’une fluide, légèrement volatile à température ambiante, et l’autre visqueuse, peu volatile. Compte tenu de la faible tension de surface et de la bonne capacité de fluidité qui en résulte, NYDA® pénètre en profondeur dans les systèmes respiratoires des parasites et y chasse l’oxygène, rapidement et intégralement.
Ensuite, la Diméticone volatile s’évapore. Résultat : NYDA® obture les systèmes respiratoires de manière irréversible. Les poux, mais aussi leurs larves et leurs œufs meurent étouffer.
Le Professeur Heukelbach, qui a réalisé des tests in vitro et cliniques complets de la préparation, l’affirme : « NYDA® est un pédiculicide sûr, très bien toléré et hautement efficace. »


1. Feldmeier H. (2006a) : Les poux de la tête – la principale parasitose chez l’enfant. Der Hygieneinspektor, 6, 18-27.
2. Feldmeier H. (2006b) : Les poux de la tete; Deutsche Apotheker Zeitung, 26, 29/06/2006, 52-59.
Mittel gegen Läuse, gegen Nissen
    '.$text.'